Ballon Football

Affaire Marega : Quand le racisme contamine de plus en plus les stades de foot

24 février 2020

Ce dimanche 16 février, le FC Porto affrontait le SC Guimaraes à l’extérieur. Alors que Porto se dirigeait vers la victoire, le joueur malien Moussa Marega quitte la pelouse après plusieurs insultes racistes du public. Ses coéquipiers vont tenter de le retenir et son coach va jusqu’à engueuler les supporters, mais le mal a été fait. Ce genre d’épisode continue de contaminer les stades, AZAP fait le point sur la situation.

Le football est le sport universel : il rassemble autant qu’il divise les supporters. Cette rivalité, parfois violente, par exemple avec le hooliganisme, peut mener à un comportement qui ne se reproduirait nulle part ailleurs. Seulement, elle ne peut plus être une excuse. Ce cas n’est pas isolé, et rien que cette saison, plusieurs joueurs ont subi des insultes racistes. Les voix se sont élevées pour condamner ces actes d’intolérance.

« Qui a besoin de rivaux, quand on a des coéquipiers comme ça. Honteux. »

Un acte fort de la part du joueur de Porto

Les insultes ont commencé dès l’échauffement. Pendant le match, alors que les deux équipes sont à égalité, c’est Marega qui va mettre les Dragons devant au tableau d’affichage. C’est à ce moment-là que tout s’emballe. Les supporters lancent des sièges sur le terrain, les esprits s’échauffent et on entend retentir des cris racistes. Marega, dégoûté, quitte le terrain, et récolte même une jaune ! Comment « donner raison » à des stupidités venues du haut des tribunes.

« J’aimerais juste dire à ces idiots qui viennent au stade lancer des cris racistes… allez vous faire f*****. Et je remercie aussi les arbitres de ne pas me défendre et de m’avoir donné un carton jaune parce que je défends ma couleur de peau. J’espère ne plus jamais vous rencontrer sur un terrain de football ! VOUS ÊTES UNE HONTE ! »

Une situation que BigRom a déjà connue

Depuis son arrivée à Milan, Lukaku a subi plusieurs insultes racistes de la part des supporters adverses. Le summum étant intervenu à la suite d’un match à Cagliari. Après un message de Lukaku exprimant son ressenti, les Ultras de l’Inter feront un communiqué indéfendable, expliquant que tout ça n’était que du soutien pour l’équipe, et pas du racisme. Des scènes loin d’être condamnées par les responsables de la Serie A.

Nous sommes désolés si tu as pensé que ce qu’il s’est passé à Cagliari est raciste mais ce n’est pas le cas. On comprend que cela puisse y ressembler mais ce n’est pas le cas.

Extrait du communiqué des Ultras de l’Inter Milan

La lutte contre la racisme, un grand combat pour Kompany

En attendant les résultats de l’enquête et des sanctions exemplaires, tout le monde espère que les insultes racistes disparaitront, et pas seulement des stades. C’est d’ailleurs l’un des grands combats de Vincent Kompany, membre fondateur du Conseil Mondial des joueurs de la FIFPRo.

La FIFPro représente plus de 60000 joueurs et joueuses dans 65 pays.

Après des campagnes publicitaires No to racism de l‘UEFA qui n’ont pas porté leurs fruits, les institutions du football devraient montrer l’exemple en sanctionnant les supporters responsables de ce genre de comportements. La fédération portugaise, avec l’aide du club du SC Guimaraes, a d’ailleurs annoncé vouloir retrouver les auteurs des troubles pour les punir.