Ballon Football

Alexis Saelemaekers : Le Belge débarque au Milan AC, 3 raisons de penser qu’il va déchirer

10 février 2020

Annoncé le 31 janvier dernier, soit le dernier jour du mercato hivernal, le transfert d’Alexis Saelemaekers à l’AC Milan en a surpris plus d’un. Le désormais ex-joueur d’Anderlecht a rejoint le club lombard contre un chèque de 7,5 millions d’euros et sous forme de prêt avec option d’achat obligatoire. Dès lors, avant de s’enflammer par rapport au transfert en tant que tel, quels sont les paramètres qui peuvent jouer en la faveur du produit du centre de formation de Neerpede ?

Saelemaekers pensait d’abord filer au Borussia Mönchengladbach cet été, mais son club, le RSC Anderlecht, a fini par trouver un accord avec le Milan AC. Le premier concerné n’a pas manqué d’exprimer son étonnement mais aussi sa joie à l’idée de rejoindre un club qui, malgré sa situation sportive particulièrement délicate depuis des années, a une notoriété et une histoire indéfectibles. Voici trois raisons de penser que ce transfert est un bon coup.

Eric Gerets (au milieu) est le premier Belge à porter les couleurs rosoneri, qu’il a défendues lors de la saison 1983-84 à treize reprises (un but).

3. Son jeune âge

On ne le dira jamais assez, mais un jeune footballeur constitue bien souvent un motif de penser qu’il ne peut que progresser. À 20 ans, Alexis Saelemaekers a de longues années devant lui et, même s’il n’aura pas toutes les facilités du monde à s’imposer en Serie A, ce départ en Italie lui apportera un regain d’expérience considérable. À 20 ans, le joueur a toutes les dispositions et le temps nécessaires pour apprendre une nouvelle culture du football.

L’AC Milan est un club mythique dans lequel je rêvais de jouer.

Alexis Saelemaekers

2. Sa polyvalence sur le terrain

À la base, Saelemaekers joue au poste d’arrière-droit mais sait aussi évoluer juste derrière l’avant-centre dans un 4-2-3-1 ou encore sur le flanc droit en tant qu’ailier. Cette polyvalence est un vrai bonus pour lui puisqu’il pourra dépanner dans plusieurs secteurs du jeu. Ce paramètre est d’autant plus important dans la mesure où, a priori, Saelemaekers ne sera numéro 1 à aucun de ces postes. Conti et Calabria ont la priorité en tant que latéraux et l’entre-jeu est bouché par Kessié, Biglia, Paqueta et/ou Çalhanoğlu, selon le système mis en place. Cela veut dire que le Belge devra être un supersub de qualité.

Lucas Biglia, ancien international argentin et ex-joueur/capitaine d’Anderlecht, aura à charge de faciliter l’intégration de Saelemaekers dans le vestiaire milanais.

1. Son nouvel environnement de qualité

Par « environnement », il faut comprendre son nouveau club (non des moindres), le nouveau stade dans lequel il va évoluer à domicile (San Siro, non des moindres) et ses nouveaux partenaires dont plusieurs sont très expérimentés comme l’ancien Mauve Lucas Biglia, Romagnoli, Bonaventura ou encore Zlatan Ibrahimović. À ce jeune âge, Saelemaekers aura certainement à cœur de se mettre rapidement au diapason de ses partenaires, ou du moins de tout mettre en place pour hausser son niveau de jeu sur le long terme.

« La semaine du derby commence ! »

Un tout autre élément qui aidera sans doute le natif de Berchem-Sainte-Agathe à se familiariser avec la vie et le football en Italie, c’est Romelu Lukaku. Le fait que les deux Belges vivent désormais dans la même ville permettra à Saelemaekers d’avoir un appui psychologique de poids dans cette aventure en Lombardie. Par ailleurs, AZAP vous donne rendez-vous le 9 février prochain pour le derby milanais !