Ballon Football

Football : Mais pourquoi on est tellement en manque ?

4 mai 2020

Ça fait déjà quelques semaines que le football, comme toutes les activités rassemblant des gens, est à l’arrêt. De la Jupiler Pro League à la Liga en passant par la Premier League, c’est l’arrêt total. Il n’y a que nos voisins néerlandais qui ont tranché le 24 avril dernier : c’est « stop ». C’est dans ces moments-là qu’on réalise que le foot, ce n’est pas juste 22 gogols qui courent autour d’un ballon. Mais qu’est-ce qui nous rend à ce point accro ?

Ce qui est magique dans le foot, c’est qu’il nous rassemble : il n’y a qu’à se souvenir du bordel que c’était en Belgique, en 2018. Malheureusement, c’est aussi pour ça qu’on en est privés. Voici une liste non-exhaustive de ces petits moments qui nous manquent le plus.

En Eredivisie, il n’y a pas de champions cette saison. L’Ajax et l’AZ filent en C1 tandis qu’aucune équipe n’est reléguée.
  • Quand tu as ce petit stress d’avant-match parce que la rencontre est capitale pour ton équipe
  • Quand la compet’ reprend et que tu vas voir les premiers matchs à la cool avec tes potes
  • Quand tu vois Eden Hazard caresser le ballon
  • Quand tu charries un supporter adverse parce que ton équipe a gagné
  • Quand ton pari risqué passe à la dernière minute
  • Quand Philippe Albert crie « Je l’ai dit, bordel, je l’ai dit !!! « 
  • Quand tu tapes un foot avec tes potes comme au bon vieux temps
  • Quand tu es complètement essoufflé après avoir couru derrière la balle pendant une heure alors que tu fais plus trop de sport
  • Quand tu refais le match pendant une heure en mangeant un bon burger bien gras
  • Quand il reste quelques secondes et que tu vois le gardien monter sur corner
D’après la RTBF, aucune décision concernant la Pro League ne sera prise avant le 4 mai.
  • Quand, après une mauvaise passe d’un joueur, tu cries que « même toi tu l’aurais réussie », alors que tu sais très bien que tu aurais fait encore pire
  • Quand tu t’énerves parce que l’adversaire « simule pour gagner du temps », alors que le gars s’est fait une triple fracture
  • Quand tu sautes dans les bras de tes potes pour célébrer un but
  • Quand le but est confirmé par le VAR
  • Quand t’as eu une dure semaine mais que tu sais que le foot arrive te réconforter le week-end
  • Quand, devant un match à la télé, tu fais une remarque et que les commentateurs disent la même chose juste après
  • Quand tu regardes un match en scred pendant un cours ou un rendez-vous
  • Quand tu veux absolument suivre un match mais que le vieux streaming coupe tout le temps (sans oublier dans une langue que tu ne comprends pas le moins du monde)
  • Quand le joueur floqué sur ton maillot marque un but
  • Quand ta petite équipe est touchée par la grâce de Dieu et que tu te dis « qu’ils seraient pas ridicules en Ligue des champions »
Les premiers matchs de la reprise de Champions League pourraient se dérouler à huis clos.
  • Quand ton équipe fait un match pourri mais marque à la dernière minute
  • Quand tu entends l’hymne solennel de la Ligue des champions
  • Quand tu te sens puissant après avoir rattrapé une balle qui est sortie du terrain
  • Quand, pendant les gros tournois, tu parles foot avec des gens qui n’y connaissent rien et s’y intéressent tous les deux ans
  • Quand le but tombe alors que t’es parti aux toilettes
  • Quand tu te retrouves à klaxonner en maillot, avec une perruque noire-jaune-rouge parce que les Diables ont battu des amateurs du Panama
  • Quand ça passe du « We are the champions » après une victoire
  • Quand t’es désigné expert parce que t’as prédit le bon score
  • Quand Kevin De Bruyne est tout rouge après avoir fait un gros match

Autant de petits moments qui peuvent paraître futiles mais qui font l’âme de ce sport. On ne peut que croiser les doigts pour vite le retrouver, parce que là, on est tellement en manque qu’on est pas loin de sniffer la ligne de touche. Quelques rares pays poursuivent leur compétition, comme la Biélorussie et le Burundi. Laissons à Bill Shankly le mot de la fin : « Le football n’est pas une question de vie ou de mort, c’est quelque chose de bien plus important que cela. »